Artist statement

/////////////////EN

 

I work mainly with Super8 film, 16mm film and analog video. My relationship with these mediums evolved through working with their materiality, their tangibility. What inspires me most is experimental animation and structural film. My practice falls within a process-based approach, fuelled by both my experience and findings from my formal research. My goal is to create a conceptual connection between content and the technique I use. Rather than create something beautiful but void of meaning—an illusion at best—I want to create a narrative built on the materiality of the mediums I work with. I am fascinated by any alternative form of the moving image and use various techno-craft processes including a series of hands-on interventions, optical manipulations, and analog distortions to create hybrid and expanded works. By working with film emulsion and video signals, I make a crucial space for imperfections and for my own physicality. I want to make this tell-tale marker as obvious as possible, by linking it to the conceptual elements of the work within what I refer to as a performative framework. What intrigues me most is the dematerialization process—when it happens—and the creative potential that arises from it. Whether this refers to found footage, the body of a performer, or video feedback, rematerialization takes place in an inter-media form where every medium transfer adds an entirely new dimension to the image. This new materiality—whether recorded using Super8 film, Hi8 video, or in 3D—can be endlessly transformed. One must also be willing to render the creative process explicit and to embrace its totality, accepting the entirety of the medium used without restricting oneself to the formal framework of the image. My practice is predominantly collaborative and non-hierarchical with a focus on flexibility in the creative process using constructive dialogue.

 

 




////////////////FR

 

 

Je travaille principalement sur pellicule Super8, 16mm et vidéo analogique. Le rapport que j’ai à ces médiums s’est développé à travers le travail leur matérialité. Je m’inspire essentiellement de l’animation expérimentale et du cinéma structurel. Ma pratique s'inscrit dans une démarche processuelle et ce sont l’expérience ainsi que les découvertes issues de mes recherches formelles qui la nourrissent. Mon objectif se consacre à la création d’une connexion conceptuelle entre le contenu et la matière. Je ne recherche pas une gratuité formelle, qui n’est qu’artifice, mais plutôt une structure narrative basée sur la matérialité des médiums avec lesquels je travaille. Je m’intéresse à toute forme alternative de l'image en mouvement et je fais usage de différents processus techno artisanaux incluant un ensemble d'interventions directes, de manipulations optiques et de distorsion analogique dans le but de créer des oeuvres hybrides et élargies. En travaillant sur l’émulsion filmique et les signaux vidéo, je laisse une place primordiale à l’accident et à ma propre physicalité. Je veux rendre la trace indicielle évidente, en la liant aux éléments conceptuels de l’oeuvre au sein d'un dispositif que je qualifie de performatif. Ce qui m’intéresse avant tout, c’est le processus de dématérialisation, lorsqu’il survient, et les possibilités créatives qui en découlent. Qu'il s'agisse de found footage, du corps d’un-e interprète ou de video feedback, une rematérialisation s’opère sous une forme inter médiatique où chaque transfert de médium apporte une nouvelle dimension à l’image. Cette nouvelle matérialité, qu’elle se retrouve sur pellicule Super8, vidéo Hi8 ou même 3D, peut être infiniment recyclée. Il est aussi question de rendre les mécanismes de création explicites, d’assumer l'intégralité du médium utilisé, en ne se limitant pas uniquement au cadre formel de l'image, mais à son entièreté. Ma pratique est principalement collaborative/non hiérarchique et mise sur une flexibilité du processus créatif basé sur un dialogue constructif.